martes, 16 de junio de 2015

Le professeur Angel et le policer David




Cric, crac, ah quel malheur, ma petite sœur est tombée dans le beurre.

C'étaient deux amis qui avaient étudié, quand ils étaient petits, à la même école. L'un était professeur, Angel, et l'autre était policier, David. David et Angel vivaient dans la même ville, Madrid.
Quelques samedis ils se donna rendez-vous pour sortir faire la fête.

Un jour Angel vit une fille assise dans la terrasse d'un snack-bar à lire un livre. Angel s'assoit à son côté et lui dis:

Quel est le titre du livre que tu lis?

Et à partir de ce moment-là ils commencèrent à parler, se promenèrent dans les rues jusqu'à tard dans la nuit. Chacun rentra chez lui, l'espoir dans le cœur, les rêves dans la tête.

Le lendemain matin, pendant qu'il courait, David rencontra une fille qui promenait un chiot dans le parc. Le chien se nommait Luky.

Quand le samedi arriva, Angel et David se raconter comme toujours. Angel ne raconta rien à David sur la fille qu'il avait connue il y a quelques jours, mais David lui avoua qu'il était tombé amoureux d'une fille.

Le hasard, qui aime jouer avec les hommes, les mit en situation difficile.Le jour arriva où David allait présenter la fille qu'il avait connu à Angel. Quand ils racontaient, Angel gêna Marie puisque c'était son amie. David fut agacé. Deux mois passèrent et Angel et David continuaient agacés et ils ne se parlaient plus, ne se donnaient pas rendez-vous les samedis.

Marie s'est rendue compte que les amis étaient fâchés à cause d'elle et essaya d'arranger la situation.

Un vendredi après-midi, Marie enverra un SMS à David et à Angel, simultanément. «rencontre cet après-midi au café du parc».
Quand Angel et David arrivèrent au café, Marie les attendait déjà.
En fait, la nuit arriva et les amis s'étaient déjà pardonnés.
Comme les sages ont dit, c'est une sottise d'être fâchés à cause d'une fille.
Tous les samedis, comme avant, ils se rencontrent mais, maintenant, tous les trois.
La nuit est venue, le coq a chanté et mon conte est terminé.

Guadalupe Durán Rodríguez

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada