lunes, 15 de junio de 2015

Le coiffeur aimable et le dentiste agressif





C'était une fois un coiffeur qui s'appelait Gus qui avait mal aux dents. Alors il décida d'aller à la consultation du Docteur, le dentiste
le plus célèbre. Quand il alla, chez le docteur. Gus fut frappé par une voix impérative qui lui dit:

Au suivant!, presque un cri martial.

La plus grande surprise vint de l'aspect du docteur quand il fut visible à Gus. On aurait dit un ours habillé en pardessus blanc. Gus
avança mort de peur vers le siège déjà en position horizontale. Il prit la canule à pomper la salive, la sonde double, le miroir et calibra le travail à faire. Il lui annonça que la carie de la molaire 46 était fort avancée. Il prit les curettes et commença à en extraire le tartre et la dentine ramollie par la carie. Après un nettoyage à fond, il procéda au plombage. Quand il sortit, il le regarda avec une expression bizarre. Quelques jours plus tard, le téléphone du salon de coiffure sonna. C'était le docteur Stuart! Il voulait se faire couper le cheveux et Gus lui donna rendez-vous pour 18:00. Monsieur Stuart entra dans le salon. Gus lui demanda gentiment de prendre sa place et commença à le couper les cheveux. Comme cela se passe toujours dans les salons de coiffure, pour entretenir son client, Gus s'intéressa à son client:

Ça fait beaucoup de temps que vous ne venez pas par ici. Ça ne va pas?

Non, j'ai beaucoup à faire. Après la consultation, je fais des expérimentation. Mais je suis très pressé, voulez-vous vous dépêcher?

Oui, monsieur Stuart, je fais de mon mieux.

Quand monsieur Stuart sortit, Gus pensa qu'il avait l'air bizarre et comme il n'y avait plus des clients, Gus décida de le poursuivre, il ferma le salon et le suivit.

Stuart arriva chez soi et laissa, par distraction sans doute, la porte ouverte. Gus profita pour entrer. C'était une énorme maison avec un mobilier de luxe plutôt extravagant et qui paraissait très cher. Gus vit un tableau pendu au mur et dans le tableau, même si ce put paraître illogique ou bizarre, comme seule chose peinte, il y avait une porte ouverte. Une vraie porte, pensa-t-il. Il l'essaya, la porte céda, et il entra. Quelle ne serait sa surprise quand il vit beaucoup des machines qui fonctionnaient à toute allure. Dans un premier moment, il eut l'impression qu'il n'y avait personne à les faire fonctionner. Il avança intimidé, lentement, silencieusement et découvrit Stuart caché derrière une grande machine qui faisait des bruits comme de gloussements.

Il entendit à Stuart qu'il voulait détruire la ville. Gus sortit rapidement de la maison et il fut très nerveux. Gus ne sut pas quoi faire, ne savait pas s'il devait appeler à la police, il était très nerveux. Trois jours après, pendant qu'il regardait la télévision, il regarda un nouvelle d'une attaque dans la ville et il décida de défendre la ville. Gus prit une couverture pour l'utiliser comme cape, et aussi, il prit des ciseaux et des peignes pour les utiliser comme armes. Gus arriva au centre et il vit Stuart monter dans une machine très grande et, tout à coup, Gus le lança un peigne qui n'atteignit pas le cible. Stuart commença à attaquer Gus, mais Gus coupa un bras de la machine avec des ciseaux et, ensuite, il coupa toutes ses extrémités.

Aux armes ! Cria-t-il pour se donner de la force

Ils commencèrent à lutter. Gus le bloqua Stuart et rapidement il prit une corde et il l'attacha les mains. La police vinrent et il eurent arrêter Stuart. La ville fut sauvée grâce a Gus. Le maire lui remit la clef de la ville et Gus continua a défendre la ville.

Miguel Gil Bermejo

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada