miércoles, 17 de junio de 2015

Le pompier distrait et le policier inquiet




Ce sont des histoires de la forêt noire.

Mon histoire s'est passée dans un petit village proche de la ville. Le petit village, trop petit, manquait de quelques services, notamment celui des pompiers. Même s'il était a une bonne quarantaine de kilométrés de la ville, les autorités n'avaient jamais considéré nécessaire de survenir à cette situation. Et pourtant, une épaisse forêt de sapins engloutit le village au fond de la vallée. Le hasard, qui venait toujours compliquer les choses, avait voulu que, en direction opposée, à l'autre coté de la ville de Ruanes du Bois, sur le plateau qui s'éloignait à perte de vue, un autre village ait le même nom, Ruanes de la Plaine. On spécifiait Ruanes de la Plaine on Ruanes du Bois pour bien s'entendre.

Par la négligence du pompier, je ne prends pas de note juste du lieu du contexte les pompiers sont arrivés à Ruanes de la Plaine où il n'y avait pas d'incendie. Pendant ce temps, dans Ruanes du Bois l'incendie s'entendait à toute vitesse. Une grande partie du village et ses environs je me brûle complètement. Tout il devint noire : les nontagnes, les toits, le ciel ... et le retard des pompiers A provoqué une grande catastrophe. Les villageois très agacés il mit une demande aux pompiers parce que beaucoup de personnes ils ont été intoxiqués et quelques animaux il mouron.

Quand les pompiers informèrent de tout ce qui s'était passé au Maire de palace le chef lieu des communes, l'alcade en personne s'excusa devant l'assemblée des villageois
et il leur dit qu'ils pouvaient compter sur lui pour s'en sortir de la situation catastrophique dans laquelle ils se trouvaient.
Comme il arrive avec les promesses des hommes politiques, les plus jeunes l'on cru; les plus vieux, non.

Ce sont des histoires qui me raconta mon oncle Grégoire.

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada