martes, 16 de junio de 2015

JOURNALTHÉRAPIE

Pour habiter cette ville, on doit savoir dissimuler très bien. Dans cette ville il n'y a que les apparences qui comptent. Ma grand-mère me disait cette phrase toujours, mais  je l’ai mise en fonctionnement en ce début d'année lorsqu'on me diagnostiqué un cancer. Ce jour commença pour moi une nouvelle vie.

Je suis Lilian, j'ai 43 ans et je travaille comme serveuse avec mon mari Mario. Nous avons une brasserie dans notre petit village Olivenza.
Mario est grondeur et un peu grognon, mais je l’aime. Nous avons deux filles : Sophie et Tatiana.
Ma vie était trop paisible, j'étais heureuse avec ma famille, mon travail et mes amis. Mais le diagnostique du cancer du sein est venu tout bouleverser.

Je sais que la maladie sera dure, et c'est pour cela j'ai décidé de me mettre à l'aise avec mon journal

Aujourd’hui, le 5  février  2015, j'ai reçu ma première séance de chimiothérapie. Je suis arrivée seule à l'hôpital parce que j'étais décidée à occulter ma maladie à ma famille. Je crois que mes filles ont le droit d'avoir une enfance heureuse. Elles sont très jeunes pour savoir que sa mère peut mourir.
Aussi j'ai décidé d'occulter la maladie à mon mari, je ne veux pas que Mario soit à côte de  moi cela va lui faire souffrir beaucoup.
Passer la maladie seule sera trop difficile, mais je ne veux rien changer la vie de ma famille.

Mardi, le 10 février 2015.
Aujourd'hui j'ai commencé à perdre mes cheveux, j'ai nausées et je me sens trop fatiguée. Mon mari pense que j'ai une grippe, il veut que j'aille au médecin, mais je ne peux pas aller parce que alors il découvrirait ma maladie. Je dois trouver une solution.
Je me sens seule, j'ai besoin de parler à quelqu'un de ma maladie ou j'entrerai dans une dépression.
J'ai pensé parler à ma tante, j'ai besoin de m'appuyer sur elle.
Quand j'avais 16 ans mon oncle a eu un cancer de poumon, et ma tante en avait déjà fait l'expérience.

Vendredi, le 13 février 2015.
Ma tante m'a téléphoné aujourd'hui. Elle m'a prié de dîner ce soir chez elle à la campagne, et je vais en profiter. Mes filles font une excursion tout le week-end et mon mari ira dîner avec ses amis. J'irai donc passer la soirée  avec ma tante et je lui parlerai de  ma nouvelle situation.
Il est 17h et je suis trop nerveuse, je me sens comme quand j'avais dix ans et j'allais passer l'été avec ma tante.  
J'ai presque fini de m'habiller, et je vais porter des boucles d'oreille que ma mère m'a offerte quand elle mourut , aujourd'hui c'est une nuit spéciale. 
Me voilà revenue de chez ma tante il est déjà 23h, le dîner avec ma tante a été parfait, elle m'a donné de grands conseils, et m'a dit que je dois raconter au moins cette situation à mon mari, il va falloir que j'y réfléchisse encore.

Vendredi, le 20 février 2015
Je mis toujours dans l'indécision. Quoi faire ? Partager mon désespoir avec Mario?
Ah, non. Je voir souffrir, mentir, me donner des faux espoirs. Par ailleurs j'ai commencé à perdre tous mes cheveux, et j'ai déjà commandé une perruque exactement égale à mes cheveux naturels.

Jeudi, le 5 mars 2015.
C'est mon anniversaire de noces, aujourd'hui cela fait déjà 16 ans que je me suis marié avec Mario. Tous les ans, on fait la fête dans notre propre restaurant avec une nourriture familière.
Mais cette année sera différente,  je n'ai pas envie de faire la fête, et mon mari a commencé à remarquer ma maladie. Je lui ai raconté que je perds mes cheveux par le stress du restaurant, mais je sais que j'aurai à lui dire la vérité. Il devient bonde un peu depuis qu'il sait qu'on ne faire pas de célébration cette année. Il ne comprend pas et je n'ose pas lui dire la vérité.

Vendredi, le 13 mars 2015.
Vendredi et 13, un jour de mauvais sort . Ma tante est très superstitieuse, et elle pense qu'aujourd'hui il faut faire attention. Les mauvais esprits se déchaînent et ils purent arriver des choses terribles. Elle me dit qu’il faut ne pas alimenter les mauvais espoirs avec des mauvaises actions.
parce que je ne suis pas sincère avec ma famille. Elle pense que l'univers
et les personnes sont reliés par des liens invisibles. Et que ce que cha fait dans sa vie à de répercussion à  l’infini. Ne pas dire la vérité entraîne à longtemps de conséquences invisibles, dangereuses pour soi même et pour ceux qu'on aime.
Elle ne me comprend plus. SI je ne parle, ce sera elle qui le fera.
Ma tante dit que je dois parler à mon mari avant que l'éclipse solaire du 20 Mars se produise.
Les civilisations anciennes  croyaient que pour se protéger de l'éclipse ils devaient faire un sacrifice, et mon sacrifice sera de raconter la vérité à mon mari.

Mardi, le 17 mars 2015.
Le moment est arrivé. Aujourd'hui mes filles font une excursion avec le collège, alors mon mari et moi sommes seuls .Pendant le repas, je lui parlerai de ma prochaine séance de chimiothérapie. Je serai beaucoup plus faible et j'ai besoin de  l'appui de mon mari. Je suis aussi inquiète parce que mon mari découvrira la facture de la perruque.  Il ne sait pas le prix. Il ne va pas être content. 400 euros et puis les coûts du traitement qui viennent d'arriver.

Il est midi et mon mari finit d'arriver.

-Mario : Salut mon amour !
-Lilian : Salut chéri !
-Mario : Qu'est-ce qui se passe ? Tu sembles nerveuse.
-Lilian : Asseyons-nous. J'ai besoin de te raconter quelque chose d'important, je suis malade, mais ne t'inquiète pas, c'est pas si grave.
-Mario : Mon Dieu ! Ne sois pas triste. Je sais que tu as un cancer du sein. Le docteur Loygorri m'avait prévenu et d’ailleurs, ta tante aussi. Pourquoi ce silence envers noms ?
-Lilian : Je le regrette Mario ! Je n'ai pas dû mentir.
-Mario : Ma chérie je te pardonne. Je sais que tu ne voulais pas m'inquiéter.
-Lilian : Je ne veux pas voir de regard piteux envers de moi.
-Mario : Écoute-moi Lilian.
-Lilian :Merci beaucoup ! Mais  Mario, jure-moi que les petites filles ne sauront pas que je suis malade.
-Mario : Tranquille mon amour. Elles ne sauront rien et dans trois mois tout sera passé.

Lundi, 30 mars 2015.
Il y a une semaine j'ai reçu ma troisième séance de chimiothérapie, je me sens fatiguée et j'ai mal à l'estomac. Mais je suis heureuse, Mario se met en quatre pour moi et le 14 avril je terminerai la chimiothérapie. 

Vendredi 3 avril 2015.
 Le docteur Loygorri m'a téléphoné pour me dire que le 20 de ce mois je commencerai avec la radiothérapie. Je recevrai ce traitement jusqu'au 5 mai.
Quand l'année sera finie ma vie reviendra à son lit. Je reprendrai les sorties avec mes amies, j'irai prendre du café avec ma belle - sœur, je ferai fête près de mon mari et passerai plus de temps avec mes filles.
Si, le bonheur reviendra chez nous.

Samedi 11 avril 2015.
Mon mari est parti pêcher avec ses amis. Je me sens seule, je suis de plus en plus faible et j'ai l'impression qu'après tout personne ne comprend ** pas, même Mario.
Il a l'air de ne pas voir les risques*, comme si ma maladie serai. Pour les autres la vie continue comme si de rien n'était quelque chose de léger, je crois qu'il ne comprend pas le sérieux du cancer.


Lundi 20 avril 2015.
Enfin! Aujourd'hui commence mon traitement de radiothérapie. J'essaie d'être positive et de penser que dans 15 jours ma vie changera à mieux.
Il est dix heures du matin et je suis déjà à l'hôpital. Je suis venu seule, mon mari avait des choses à faire au restaurant.
Je suis arrêté devant de la porte du cabinet du docteur Abellaneda. Ce sera lui qui contrôlera mes  séances a l'hôpital.
Je suis nerveuse, j'ai donné rendez-vous à ma tante ici et elle n'est pas arrivée. Je serai seule dans le cabinet.
Il est dix heures et demie et on m'appelle.


Dr Abellaneda : Bonjour madame !
Lilian : Salut docteur !
Dr Abellaneda : Bien, alors vous êtes Mme Lilian Vega De Higuera.
Lilian :Oui !
Dr Abellaneda : Il y a quelques années  vous étiez plus jolie et je vous appelais ma petite Lil.
Lilian : Uff. Il y a 25 ans déjà de cela. Qui se rappelle ?
Dr  Abellaneda : Beaucoup de temps, mais je ne t'ai jamais oubliée.
Lilian :  Dis donc. Tu pars à Seville, ne donnes plus de nouvelles et tu affirmes comme ça « Je ne t'ai jamais oubliée ! » dis-je vraiment en colère le cœur brisé. Et maintenant... ce n'est pas juste !
Dr Abellaneda : Je le sais, mais...
Lilian : Je n'ai pas besoin d'explications, ma vie est très différente maintenant.
Dr  Abellaneda : Je regrette beaucoup. Je ne voulais pas vous importuner. Ce n'est pas le moment. Excusez-moi.

Ramiro Abellaneda La Calle est un vieille ami de mon frère Alvaro, il avait été mon premier amour. Il a cassé mon cœur quand il m'a laissé pour partir à Séville pour étudier, et je n'ai jamais recommencé à savoir de lui


Mercredi 22 avril 2015.
Aujourd'hui j'ai encore une nouvelle consultation avec le Docteur Abellaneda. Je l'avais oublié et pourtant... tout recommence. Les rêveries sont revenues. Ah, arrête à penser des bêtises. L'amour de ta vie...
C'est par hasard que tu l'as rencontré. Est-il venu te chercher ? Non, idiote. Mon amour... s'il n'étant pas parti rien de ce que je suis maintenant ne se serait produit. Pas de mari, pas d'enfants, pas de maladie... Ce sera la frustration amoureuse la responsable finale des maladies ? Mon grand amour ! Oui, que suis-je pour lui ? Une aventure pleine de mirages de jeunesse à l'âge adulte ? Attention à toi. Le mal d'amour ça fait mal. L'as-yu si vite oublié ?
J'aime mon mari, mais mon mari n'est pas si spécial  que Ramiro. Mon mari ne m'a jamais regardé comme Ramiro me regarde. Ramiro me regarde toujours aux yeux c'est chaud son regard !
 Ne te tompes pas encore une fois. Regarde,cette photo sur son bureau, ces 3 enfants.
À midi j'ai reçu la troisième radiothérapie, et encore une autreconsultation avec le Dr Abellaneda. Ça me fais plaisir de le rencontrer.
Lilian: Bonjour docteur!
Dr Abellaneda: Bonjour Lil, appelle-moi Ramiro s'il te plaît.
Lilian : D'accord. Pourquoi encore une consultation ?
Dr Abellaneda: Tu as toujours été très directe avec tes questions. Lil tu penses que tu as changé, mais tu continues d'être la même jeune fille qui m'a séduite .Et je continue d'être le même garçon lâche qui avait peur de ses sentiments.
Lilian : Ah, s'il te plaît, Ramiro. On ne va pas recomencer cette histoire.
Dr  Abellananeda: Tu seras toujours Lil pour moi. Je sais que tu me détestes parce que je t'ai abandonné, mais je n'ai jamais cessé de t'aimer. Je ne me suis jamais marié et je n'ai pas eu d'enfants. Pas de femmes dans ma vie. Toi seule.
Lilian : Ramiro, j'ai deux filles et je suis mariée. Arrête ! Tu n'as pas droit à me dire cela maintenant.
Dr Abellaneda: Je le sais et le regrette beaucoup, mais j'avais besoin de te le dire.

Je suis très  inquiète, je n'arrète pas de penser à Ramiro et mon mari s'éloigne chaque fois plus de moi et je ne sais pas pourquoi.
Sincèrement, je n'ai pas de forces pour continuer à écrire ce journal.

Samedi 3 octobre 2015.
Salut mon fidèle journal, ça fait déjà six mois que je ne te raconte rien de ma vie.
Maintenant ma vie est tout autre, tout a changé.
J'ai surpassé le cancer, mais j'ai perdu mon mari. Il souffrait des problèmes sérieux de cœur, il avait besoin d'une transplantation de cœur,  mais il ne m'a rien raconté  parce que j'étais tellement faible.
Mon mari savait qu'il allait mourir, son intervention était à  vie ou mort.
Quand il a su que mon docteur était Ramiro il s'est éloigné de moi. J'ai l'impression qu'il me laissait le champ libre. Je ne savais pas que mon mari faisait cela, mais il était chaque fois plus loin de moi et Ramiro de plus en plus près. J'ai commencé à sentir à nouveau l'amour intense que j'avais vers Ramiro.
Mon mari s'est rendu compte, j'étais déjà récupérée. Un matin je me suis réveillée et il avait laissé une lettre pour moi,  où il m'expliquait  ce qu'il allait faire.
Mario partit pour vivre ses derniers jours dans une petite maison dans « Los Montes de León ». Dans la lettre il me disait qu'il m'aimait beaucoup, et que je méritais d'être heureuse. Mario seul me demanda une chose, il voulait que ses filles ne l'oublient pas.
Ma vie a fait un tour  énorme, mais maintenant j'ai la vie que j'avais toujours imaginé, et je suis reconnaissante envers Mario par ce qu'il a fait.
Si je n'avais pas eu un cancer, je serait maintenant veuve et je n'aurais pas récupéré Ramiro.


No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada