martes, 20 de mayo de 2014

Un ours très vaillant




Il était une fois un ours très vaillant appelé Bartolo qui vivait dans un beau bois où le soleil s'emparait toujours des jours. Bartolo était grand, fort et il mesurait deux mètres et demi. Il aimait défier les gens en leur disant:


- Je suis fort, très fort, le plus fort du monde ! Personne ne me gagnera ! Tu ne me crois pas ?, demanda-t-il à Madame Tortue qui passait très lentement. 

Pour toute réponse, elle s’emmurailla à l’intérieur de sa carapace et attendit qu’un autre animal vint passer auprès du fanfaron ours pour s’en échapper sans être aperçue.
Un jour, tous les petits animaux décidèrent de se réunir pour faire face à Bartolo et pour lui faire très peur. Après de longues journées passées à imaginer ce qui pouvait bien lui faire peur, Monsieur Gorille qui s’était familiarisé avec le feu auprès des hommes, proposa de faire un grand feu et de l’inviter à démontrer sa force face à lui. Le jour de la preuve venu, tous les animaux avaient pris bonne place pour ne pas perdre détaille au combat que tous s’imaginaient fort périlleux pour l’ours. L’ours fut tellement surpris et était tellement terrorifié qu’il se mit à pisser de peur. Alors, le feu commença à rétrécir petit à petit jusqu'à s’éteindre.

Après avoir vu que le feu n'avait pas fonctionné, les animaux se réunirent à nouveau, et alors, Monsieur Lapin proposa de faire un combat dans lequel Bartolo ferait face au plus fort lion de tout le bois, Pumba. Si le combat aurait eu lieu avant le déjeuner du lion, il aurait était plus féroce avec l’ours, élucubraient, dans des débats interminables, le serpent et le renard, la grenouille et le papillon et bien plus d'autres. Il fallait accepter la défaite encore une fois.

Les animaux recommencèrent à penser et décidèrent de faire comme s'il y avait un chasseur dans le bois, mais cela ne fonctionna pas non plus. Les jours passèrent et les animaux ne trouvaient rien pour faire peur à Bartolo, puisqu'il était trop vaillant. En plus, c’était très énervant son goût pour les poissons. Il adorait manger des poissons, mais comme il était en plus de fanfaron fainéant, il n’allait jamais pêcher lui-même. 

Un jour, Bartolo, contrairement à ce qui était habituel en lui, s'approcha du village et y alla acheter  une tige et quelques hameçons. Une fois revenu au bois, il trouva les animaux toujours réunis et profita pour les inviter venir pêcher au lac avec lui. Séraphin, un pélican très innocent, s'offrit comme volontaire pour y aller avec lui. Quand ils arrivèrent au lac, placèrent les chaises et les tiges et s'assirent attendre si les poissons mordaient l’hameçon, mais les heures passaient et ils n’obtenaient point de poisson. 

Le soleil se couchait petit à petit et laissait la place à des nuages de plus en plus sombres. Une orage éclata. Séraphin ramassa très vite les chaises et les tiges pour  rentrer le plus vite possible. Ce fut alors qu’il aperçut Bartolo réfugié dans une cavité des rochers, accroupi par terre, ses énormes mains protégeant sa tête, tremblant de peur et pleurnichant comme un enfant. Le lapin, qui avait couru, lui aussi, se protéger de la pluie, regarda sans y croire ce qui se passait et sortit en courant chercher les animaux pour le leur raconter.

 - Mes amis, mes amis , cria le lapin, j'ai découvert quelque chose.


Les amis surpris écoutèrent avec impatience et quand le lapin termina, les animaux du bois furent chercher Bartolo et firent la fête.

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada