domingo, 31 de mayo de 2015

J'accuse...!, Émile Zola


J'accuse...!
Titre: J'accuse...! 
Auteur: Émile Zola
Année de publication: 13 janvier 1898
 Sypnose: 

J’accuse…! est un article rédigé par l’écrivant français Émile Zola au cours de l’affaire Dreyfus et publié dans le journal L’Aurore du 13 janvier 1898 sous la forme d’une lettre ouverte pour le Président de la République Française, Félix Faure. Le but d’Émile Zola était de défendre l’innocence de Alfred Dreyfus, un capitaine d l’armée condamné injustement par espionnage par le Gouvernement de la France.
Émile Zola est un écrivain et journaliste français né à Paris en 1840. Il est connu pour avoir été le chef de file du Naturalisme. Ses parents furent Francesco Zola et Émilie Aubert. Il vécut pendant toute son enfance en Aix-en-Provence et il étudia à l’école Bourbon. À ce période,  il commença à lire de la littérature romantique écrite par Victor Hugo et De Musset.


En 1847, quand son père mourut, il alla vivre à Paris avec sa mère et il continua à étudier dans le lycée Saint-Louis. En 1859, il commença à travailler dans un bureau de douane et, en 1862, il commença à travailler dans le service de publicité à l’éditorial Hachette. Ses premières œuvres furent Romans à Ninon en (1864) et La confession de Claude  en (1865). Quand il était collaborateur du journal L’Evènement il commença à s’intéresser à la peinture impressionniste et il commença à nouer des amitiés avec des artistes de l’époque. Il commença en politique quand il écrivit J’accuse… ! pour défendre l’innocence de Dreyfus mais il fut exilé á Londres accusé de  diffamation. Il retourna à Paris et il continua à écrire  des articles sur le cas Dreyfus.  Finalement, il mourut le 29 septembre 1902 suffoqué mais c’est possible qu’il fut assassiné.

Alfred Dreyfus, un jeune capitane juif, fut accusé d’espionnage pour avoir livré prétendument des documents secrets français à l’Empire allemand en 1894 et il fut condamné au bagne à un emprisonnement à perpétuité pour trahison et déporté sur l’Île du Diable. Le frère de Dreyfus, Mathieu, tenta de prouver son innocence. Dans ce but il essaya de persuader en vain à des personnes illustres de la République comme le vice-président du Sénat Auguste Scheurer-Kestner même s'il savait que Dreyfus était innocent. Mais fut Émile Zola la personne qui l’aida avec la publication de J’accuse… !. Cet article fut publié en 1898 et provoqua des crises politiques et sociales inédites en France qui révélèrent des fractures sociales et politiques profondes comme la corruption politique et démocratique dans la Troisième République. Ce cas secoua la société française pendant douze ans (1894  - 1906). En 1906, Dreyfus fut déclaré innocent officiellement et il fut réhabilité dans l’Armée au range de commandant. Dreyfus participa à la Première Guerre Mondiale. Il mourut en 1935.
La société française fut divisée entre les dreyfusards et les antidreyfusards. L’article révéla aussi le profond antisémitisme et nationalisme qu'existait à cette époque-là en France et qu’il était distribué par l’influente presse. Les grandes rivalités avec l’Allemagne en raison de la perte de l’Alsace et de la Lorraine dans la Guerre franco-prussienne aggravèrent la situation. Le cas devint un symbole moderne et universel d’iniquité au nom de la raison d’État.

J’accuse…!  est un article qui fait partie d’un  dossier composé par des différents articles (commentaires, opinions personnelles et lettres) publiés par Émile Zola pendant le développement du cas Dreyfus. Zola, indigné par l’accusation injuste, commença à publier de différents articles dans la presse pour dénoncer la corruption qu’il existait dans l’État, l’Église, et, spécialement, dans les institutions judicaires,  les mass médias et dans l’opinion publique. Les articles avaient des destinataires clairs : Les plus hautes autorités de la Troisième République Française comme le Président de la République, le Sénat ou le Président Du Conseil de Ministres. Les différents articles furent publiés dans la presse dans le but d’informer à toute la société française de la situation de corruption judiciaire, politique et morale qui affligea le Régime démocratique Français.
Mais ce fut l’article appelé J’accuse…!, une lettre au Président de la République M. Félix Faure publié dans le journal L’Aurora le 13 janvier 1898, le détonant d’une division de la société française. La plupart des Français s’indignèrent et il commença une période d’hostilité contre Émile Zola.  La réaction de gouvernement fut immédiate et Zola fut condamné à un an de prison et une amende de 7500 francs. Accablé, Zola partit en exile à Londres où il habita en secret.

J’accuse…! est un article de journal destiné à diffuser l’injustice du cas Dreyfus a toute la société française et plus tard, à la société européenne. Zola publia quelques lettres écrites en première personne, comme J’accuse. Lettre à M. Felix Faure, dans le journal L’Aurora pour exprimer son opinion de maniéré publique.
Le cas Dreyfus donna la possibilité à Zola d’écrire des œuvres et articles politiques pour la première fois. Jusque-là, Zola se concentra en romans naturalistes et réalistes, comme Nana publié en 1880.
Zola s’exprime d’une manière très agressive et directe parce qu’il était obsède par l’accomplissement de la justice. Mais cette obsession lui conduisit à recevoir des menaces jusqu'au jour de sa mort.
Pour moi J’accuse…!  est une œuvre importante dans l’histoire de l’Europe Occidentale pendant le deuxième moitié du XIXème siècle et la première moitié de XXème siècle parce qu’on reflète le nationalisme et l’antisémitisme croissants qui furent à la base de la Première Guerre Mondiale (Nationalisme), le Parti National-Socialiste (Nationalisme et antisémitisme), le Fascisme Italienne (Nationalisme) et la Seconde Guerre Mondiale (Antisémitisme et nationalisme). Même si Émile Zola a écrit des œuvres très importantes et extraordinaires, cette œuvre ne note pas par sa valeur littéraire mais par savaleur sociale, politique et morale.
 
 
Juan Gabriel González García

martes, 19 de mayo de 2015

Isabelle




                                                          Isabelle, André Gide
                                                          Année de publication: 1921
                                                          Maison d'édition: Folio



Isabelle est une œuvre de la littérature française, écrite et publiée en 1921 par l'écrivain français André Gide:
André Gide fut un écrivain français né à Paris le 22 novembre 1869 et mort à Paris le 19 février 1951. Né à Paris, en France, un fils de Paul Gide, un professeur de lois de l'Université de Paris, et Juliette Rondeaux.
En 1891 il publia ses premières poésies, "Les cahiers d'André Walter". Après un voyage au nord de l'Afrique il commença à reconnaître son homosexualité. Il ne sera pas jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale quand ses oeuvres atteignent un grand renom.
En 1921 quand Isabelle a été écrite, ses autres œuvres gagnaient une renommée.
À partir de 1925 il commença à demander de meilleures conditions pour les criminels, et à l'année suivante il publia son autobiographie, “Si la graine ne meurt pas”.
Durant la décennie de 1930, il se converti en communiste, après sa visite à l'Union soviétique. Ses critiques au communisme lui ont occasionné qu'il perdait  la perte de  divers de ses amis socialistes, spécialement quand il publia son livre “Je Reviens de l'URSS” en 1936. En 1933 il collabora avec Igor Stravinski pour réaliser un ballet, Perséphone.
Durant la Deuxième Guerre mondiale Il reviens à l'Afrique en 1942, et il y habita jusqu'à la fin de la guerre. En 1947 il fut le gagnant du Prix Nobel de Littérature.
Il mourut le 19 février 1951. À l'année suivante, l'Église Catholique inclut ses œuvres à l'intérieur de l'Indice des livres interdits.
À mon avis le sujet principal de l’œuvre est le choc qui subit le M. Lacasse après avoir idéalisé eu l'idéal de la mademoiselle Isabelle après s'être rendu quand il se rend compte de comme elle est en réalité. Cela pourrait se résumer dans le choc entre l'idéalisation et la réalité.
Le lieu où l'action s'écoule dans cette œuvre consiste dans c'est un château fictif appelé Quartfourche en ce qu'il qui se trouve près de la localité de Pont-l’évêque qui dans la en réalité est une commune française située dans le département de Calvados.
Le temps du récit a changé le long de l’œuvre puisque l'historie commence avec un prologue en août 1819, et pour cette fait nous pouvons supposer que comme l'histoire c'est une expérience de M. Lacasse le temps du relate soit postérieure a cette date.
Le narrateur de l'histoire c'est un narrateur omniscient au debut commence puisque, après nous avoir dit que l'historie c'est une expérience de M. Lacasse, Lacasse commence à être le narrateur.
Les personnages plus importants son :
-Gerard Lacasse. C'est le personnage qui nous raconte son histoire avec la famille Floche et avec tous les habitants du château, auquel il était allé pour des motifs de travail (de pour réaliser une thèse sur Bossuet).
-Albert Desnos. C'est le maître du monsieur Lacasse, et celui qui avait facilité (à travers de nombreux échanges de lettres avec monsieur Floche) la visite au château pour l'étude des documents du monsieur Bossuet.
-M. Floche. C'est un vieux ami de M.Desnos et possesseur les documents de Bossuet que Gerard voulait étudier pour sa thèse. Il vivait dans Quartfourche, le château qui appartenait à ses beaux-frères, les messieurs Saint-Auréol.
-M. Gratien. C'est le cocher et aussi le jardinier puisque la profession de cocher n'occupait pas sa journée de travail.
-Monsieur l'abbé. Il a été la première personne qui reçut M. Lacasse et il avait le préposé de l'éducation de Casimir.
-Casimir. C'est le fils d'Isabelle Saint-Auréol et élève de l'abbé. Il avait un problème d'équilibre puisque ses jambes étaient courbées ce qui lui empêchait de marcher bien.
-Isabelle. C'est la fille de messieurs Saint-Auréol qui part du château puisqu'elle y s'ennuyait selon Casimir. Elle recommençait au château à voir de temps en temps son fils tandis que celui-ci dormait puisqu'elle allait toujours de nuit. C'est une personne insensible fait qui reconnaît Monsieur Lacasse à la fin de l’œuvre.
-Mademoiselle Verdure. C'est la cuisinière, la nettoyeuse et maîtresse de clefs du château de Quartfourche.
Un petit résumé :
L’œuvre commence avec un prologue où un garçon nous raconte comme c'était sa visite à ce qu'il restait du majestueux château de Quartfourche. Pendant ce parti on nous dit aussi que l'histoire qui nous racontera après n'est plus que l'histoire racontée pour son compagnon Monsieur Lacasse.
Monsieur Lacasse nous raconte comme un jour qu'il a eu à aller au château de Quartfourche pour les motifs du travail (terminer sa thèse). Dans le château il découvre que ses habitants ne sont pas pour rien normaux, il est plus on pourrait dire qu'ils sont assez rares. Là-bas il connaît un enfant à qui il prend beaucoup d'affection, celui-ci lui montre une image de sa mère et M. Lacasse commence à idéaliser cette femme (Isabelle). Finalement et après avoir découvert la vraie personnalité qui n'était pas pour rien celle qu'il avait idéalisée, le choc se produit entre l'idéalisation et la réalité quand la même Isabelle confesse à M. Lacasse être une personne insensible et égoïste qui s'appuie à ceux dont on peut profiter.

Mon opinion personnelle c'est que cette livre c'est une merveilleuse œuvre, mais très compliqué de lire puisque le changement de narrateur et du temps fait que tu n'entends pas bien l'argument. En définitive pour lire ce livre tu as que savoir l'entendre très bien et que ce type de lecture te plaît, parce qu'au contraire il peut résulter très répétitif.
Biographie: André Gide

CONTES ET NOUVELLES CLASSIQUES

Le livre Contes et Nouvelles Classiques est un recueil de petites histoires écrites par Guy de Maupassant entre 1880 et 1885. Ce livre est formé par neuf contes, et ces contes ont quelques sujets communs, principalement les sujets de l'amour, de l'argent et de la souffrance.

Henry René Albert Guy de Maupassant a été un écrivain français, principalement il a écrit des contes, bien qu'il ait aussi écrit six romans. Son lieu de naissance n'est pas exact mais nous savons qu'il est né en août 1850, et il est mort le 6 juillet 1893 à cause d'une démence. En 1879 il a commencé à travailler comme ministre de l'Instruction Publique, c'est pourquoi il créa dans ses contes beaucoup de personnages des ministres. Mais rapidement il a laissé ce travail pour s'occuper de la littérature. Son maître fut G. Flaubert et son plus grand succès a été l’œuvre Boule de Suif. Autre fait important est que ses parents ont divorcé quand il était un enfant, et il s'éloigna de son père, c'est a cause de cette expérience personnelle qu'il donne une vision pesimiste de l'amour. C'est toujour l'homme qui fait du mal à la femme dans ses contes.

Les contes de Guy de Maupassant ont quelques chose en commun.
L'ambiance, l'espace - temps dans tous les contes est en France 1882.
Les sujet communs sont l'amour, l'importance de l'argent pour les personnes qui font un dommage à n'importe quelle personne ou être voulu pour avoir de l'argent et le dernier sujet commun est la souffrance des personnes.
Si nous analysons chaque conte nous pourrions dire que dans le conte de Pierrot prédomine l'importance de l'argent qui choque avec le sentiment d'affection vers un animal.
Par ailleurs dans le conte Aux Champs les personnages respectent les sentiments au-dessus de l'argent, bien qu'ils fassent cela par les apparences.
Dans le conte Le Papa de Simon le protagoniste est un petit enfant qui souffre parce qu'il n'a pas de père, et d'autres enfants se moquent de lui.
Cependant dans le conte Farce Normande le sujet principal est l'obsession du protagoniste par la chasse, ce penchant lui empêche de jouirde sa nuit de noces.
Dans le conte La Parure l'ambition de la protagoniste, sa nécessité d'être riche et l'importance des apparences font qu'elle et son mari soient très pauvres.
À nouveau dans le conte Mademoiselle Cocotte le protagoniste souffre par l'affection qu'il sent par un animal et finalement le protagoniste est forcément cinglé.
Dans le conte La Dot le sujet principal est  la souffrance amoureuse d'une femme parce que son mari a fui avec l'argent de sa dot.
Aussi dans le conte La rempailleuse  le sujet principal est la souffrance amoureuse d'une femme qui est amoureuse d'un homme qui ne l'aime pas, il sent une dignité par les sentiments de cette femme.
Et finalement dans le conte Première Neige la protagoniste souffre parce que son mari ne veut pas qu'ils vivent à Paris et elle décide de tomber malade pour que son mari la laisse marcher à Paris ou elle mourra de peine en Normandie.
En bref, je pense que ce livre est parfait. Je le recommande à tout le monde parce que dans ces contes Maupassant parle des sentiments qui font bouger le monde. Rien n'a changé parmi les hommes. Les sentiments d'aujourd'hui sont identiques  à ceux que ressentaient les personnes en 1882.

 

Éditorial: Hatier
Paris 2004

viernes, 8 de mayo de 2015

Bulletin Météo


+
Bonjour!La matinée régnera nuageuse dans la moitié du pays.
Dans le Sud-ouest, les températures atteindront les 28º et 30º dans  le Estrémadure, la Castille-et-leon, la Castille-la Manche. A Madrid le ciel sera couvert avec quelques nuageux. Pendant la journée le soleil provoquera une forte augmentation des températures. Attencion  aux expositions rayons solaires! Protêgez votre peau!
Dans le Nord, le ciel sera trés nuageux. Il y a des bruines et de la pluie. Descendront jusqu'aux les 18º et 25º dans  les Asturias,  la Cantabrie, le Pays Basque,  la Navarre, le Aragon et La Rioja. Les températures, a midi donc les Iles Canarias et dans Baléares baisseront. Le temps sera variable avec quelques éclaircies et soleil le week-end les températures baisseront. Bonne journée a tous !







Bulletin Météo







Bonjour!
Aujourd'hui le ciel sera couvert et il y aura des averses avec des basses températures dans la moitié Nord de l'Espagne.
Dans la Catalogne, il y aura des nuages avec des éclaircies et la température maximale atteindra les 23 degrés. 
Dans le Sud, le ciel sera ensoleillé du côté de l'Estrémadure avec quelques nuages à Madrid et dans l'Andalousie.
Dans la Région de Valencia et Murcia, le temps sera nuageux avec des basses températures. Dans le  Nord-est, il y aura de belles éclaircies et la température maximale atteindra les 20 aux 23 degrés.
Dans les Îles Canaries, la journée s'annonce ensoleillée avec des petites éclaircies et une température moyenne de 24 degrés. Alors que dans les Îles Baléares le temps sera variable avec des éclaircies en fin de matinée.

Bonne journée a tous!


Bulletin métèo

  Bonjour, aujourd’hui, dans la péninsule Ibérique, le ciel sera nuageux avec quelques éclaircies. La journée s'annonce ensoleillée dans le Nord-est, surtout à Pontevedra. Dans les Pyrénées et dans le Nord, le ciel sera couvert. Il pleuvra partout dans le centre péninsulaire et  dans la  région d'Aragón. La pluie viedra accompagnée d'orages dans le sud-ouest de Castilla León et à Guadalajara. Dans l'Andalucía et  dans presque toute la côte méditerranéenne le ciel sera nuageux. Quelque nuages traverseront aussi le ciel de Baleares et de Ceuta et Melilla. Dans les îles Canaries le soleil brillera toute la journée. Les températures maximales en légère hausse, atteindront le 14º degre dans le nord et la température maximal sera de 24º degre dans les Îles Canaries. Bonne journée á tous! Ne manquez pas notre rendez-vous demain.


                                                                      
              

bulletin météo






Bonjour. Aujourd'hui, un beau soleil régnera toute la matinée dans le Sud du pays.
Dans le Sud-ouest, la température maximale sera  de 20 degrés, et la température minimale sera de 16 degrés. Dans le sud-est la température maximale sera de 18º degrés, et la température minimale, de 16 degrés.
Dans le plateau castillan, le ciel  sera couvert avec  de belles éclaircies et quelques averses. Les températures oscilleront entre les 17 et les 15  degrés.
Dans les Canaries, le ciel sera couvert avec de belles éclaircies et la température maximales est de 21º degrés, et la température minimale sera de 19º degrés.
Dans le Baléaires  le ciel  aura   soleil, et la température sera de 16º degrés.
Dans le Nord le ciel sera couvert pour belles éclaircies et la température maximale sera de 18º degrés et la température minimale est de  9º degrés. bonne journée à tous.

jueves, 7 de mayo de 2015

Vendredi ou la vie sauvage.



"Vendredi ou la vie sauvage"
Michel Tournier.
Collection Folio Junior.
Éditions Gallimard.
Août 1990



« Vendredi ou la vie sauvage » c'est un livre écrit par Michel Tournier en 1971. Michel Tournier c'est un écrivain français né le 19 décembre à Paris.

Germaniste accompli et philosophe de formation, Michel Tournier renonce à l'enseignement et s'occupe de traduction et d'émissions à la radio pui à la télévision avant de publier à 42 ans son premier roman « Vendredi ou les Limbes du Pacifique » en 1967 qui ouvre trois décennies consacrées à la littérature. Il a bâti, en neuf romans publiés de 1967 à 1996 et quelques recueils de nouvelles, une œuvre originale qui fait de lui un des écrivains français marquants du dernier tiers du XXème siècle. Il est par ailleurs un créateur du néologisme « journal extime ».
Michel n'écrit plus, mais donne encore des entrevues pour évoquer son parcours et ses textes. La bibliothèque d'Angers est dépositaire des papiers de l'écrivain.

Dans un style acéré et avec un sens du drame et du sacré qui n'empêche pas l'ironie subversive, Michel Tournier crée un univers personnel animé par des personnages complexes (essentiellement masculins) en réinterprétant les mythes comme Robinson Crusoé dans Vendredi ou les limbes du pacifique, Castor et Pollux dans Les Météores, les rois mages dans Gaspard, Melchior & Balthazar.

Il en fait la trame du récits où le réalisme minutieux s'associe à la création imaginaire de mondes différent Il interroge ainsi les parcours humains, soulevant des questions comme celle de la civilisation et de la nature, de la détermination du bien et du mal et de la chute ou du rapport à l'autre et à soi-même à travers le thème du double et de l'androgyne. Faisant intervenir le jugement moral, on a pu lui reprocher certains aspects troubles de ses œuvres qui présentent parfois « une polysexualité étonnante, troublante, qui participe de la nature cosmique, sans craindre l'immoral » (1)
Tournier est un conteur et un romancier pour la jeunesse avec des oeuvres comme « Vendredi ou la vie sauvage ».

L'histoire dans « Vendredi ou la vie sauvage » passe dans la région de l'Archipel Juan Fernandez, à côté de côtes du Chili. Il y a un galiote qui s'appele « La Virgine » dans lequel se trouve Robinson. Il y a une grande tempête qui fait que le galiote naufrage. Il est l'unique survivant du naufrage.
La solitude qu'a Robinson va lui faire montrer sa persévérance, son ingéniosité et son courage pour pouvoir survivre à l'île désert.
Un jour, Robinson rancontre un indien, qu'il appellera Vendredi. Avec le temps Vendredi et Robison deviennet amis.
Un bateau arrive, mais c'est Vendredi qui part avec le bateau et Robinson reste sur l'île avec Dimanche, un garçon qu'échappé du navire.

Pour écriver « Vendredi ou la vie sauvage » Michel Tournier s'est inspiré du livre « Robinson Crusoé » de Daniel Defoe, Michel Tournier dans son livre explique le mythe de Robinson mais il fait une modification et il introduit la rencontre de Robinson avec l'indien Vendredi.
Les ressemblances sont que le nom du personnage principal est le même, Robinson, aussi dans les deux romans Robinson est l'unique survivant au naufrage et il habite à l'île désert.
Les différences sont que Vendredi n'existe pas dans le roman de Daniel Defoe et que les familles de les personnages princuipaux ne sont pas les mêmes.

Le thème du livre c'est la solitude, parce que Robinson est tout seul à l'île, et il montre désespoir pour trouver quelque chose qui l'aide a progresser dans l'île ou pour faire quelque chose pour que les bateaux qui passent à côté de l'île peuvent le repêcher.
Aussi on a dans l'histoire on a le thème de la metamorphose comme une personne peut s'adapter à tous les circonstances. Robinson avec l'aide de Vendredi devien un homme complétement différent.
Au début, Robinson, est totalement désespoir parce qu'il veut trouver des ressources alimentaires et aussi un lieu où il peux habiter sans préoccupation. Quand Vendredi apparaît, Robinson a une évaluation du monde sauvage différent.
À ce moment-là Robinson veut apprendre à faire de choses pour survivre dans l'île mais aussi il veut enseigner Vendredi son apparence, ses habitudes et aussi sa religion.

Le récit a deux personnages principaux : Robinson et Vendredi.
Robinson est marié et il a deux enfants. Il est anglais. Il veut organiser des échanges comerciaux entre l'Angleterre et Le Chili.
La plupart de ses actions sont positives comme quand il va à la plage pour prendre des matériaux pour faire un bateau pour pouvoir échapper de l'île et aussi quand Vendredi et lui deviennent amies, mais aussi il a des moments de dépression comme quand il se trouve dans la grotte et il veut tout abandonner.
Dans le récit il n'y a pas un portrait de lui mais on a l'impression de lui connaîs parce qu'il partage des pensées et des réactions.
Quand Robinson rencontre l'indien, il traite de le civiliser. Il lui donne un nom, Vendredi.
Vendredi c'est un personnage important dans le livre parce qu'il c'est la cause de changements de sentiments et de pensées de Robinson. Vendredi aussi enseigne Robinson doit vivre dans un île désért.

Personnellement j'aime cette livre parce que dans quelques moments de ma vie je me senti un peu solitude et j'ai la même impression que Robinson dans le livre.
Aussi je pense que c'est un livre genial, parce que te montre le changement de une pesonne, comme qulqu'un peut être très mal mais avec constance et perseverance tous peut être meilleur et ont peut supérer tous les problemes qu'on a.

(1) citer les sources de la citation

 Note du professeur: Dans la révision précédente, tu n'a pas corrigé les erreurs, simplement tu as effacé les marques.

martes, 5 de mayo de 2015

LES AMES DU PURGATOIRE ET CARMEN, PROSPER MÉRIMÉ






Les âmes du purgatoire et Carmen.1973.Garnier-Flammarion,Paris.

Prosper Mérimée est né à Paris le 28 septembre 1803 et il est mort à Cannes le 23 septembre 1870. Il était un écrivain, historien et archéologue français. Il étudié droit et de nombreuses langues étrangères. Il a été l’un des premiers traducteurs de livres russes en français. Ses œuvres étaient influencées par Walter Scott et  Alexand Rusking. L’Espagne et la Russie sont ses principales sources d’inspiration Mérimée a été sénateur et en 1834, il a succédé à Ludovic  Vitet comme inspecteur général de monuments historiques. Il a découvert les tapis de La dame et l’unicorne du musée du Moyen Âge à Paris.
En 1884 il a été nommé membre de l’Académie française. Mérimée appartient à une catégorie d’artistes raffinés, son style est précis et sobre avec une construction firme et un déroulement logique. Son œuvre la plus fameuse est Carmen.
L'œuvre de m. Mérimée que je vais analyser est un recueil de deux nouvelles, Les âmes du purgatoire et Carmen, œuvres développés dans le même lieu, Sevilla au sud de l'Espagne. Sevilla et toute l'Espagne en général est le principal lieu d'inspiration de l'auteur. 
Dans l’œuvre de Carmen le narrateur, un archéologue français, voyage au sud de l’Espagne. Pendant ce voyage il connait à Don Jose, un ancien militaire navarrais. Don Jose lui raconte son amour pour Carmen, une gitane qui l’écarte de l’armée et fait de lui un bandit. Carmen était mariée avec un bandit appelé le Borgne. Don Jose rejoint son groupe. Ils participent en embuscades et crimes ensemble jusqu’à ce que Don Jose le tue par jalousie.
Après Carmen se joint à un torero: Lucas. Don Jose ne supporte pas sa trahison et il la tue Après un certain temps, il se repent et il est condamne à mort.
 Mérimée a été inspiré par une histoire que la comtesse de Montijo lui avait racontée dans un de ses voyages en Espagne en 1830.
L’histoire est racontée par un narrateur, archéologue français, qui connaît un militaire vasque (Don Jose) à qu'il rend visite en prison et lui écoute raconter son histoire d’amour avec une gitane appelée Carmen. 
Mérimée nous présente Don José comme l'amoureux éternel, il est profondément amoureux de Carmen et il est capable de faire n'importe quoi pour elle : abandonner l'armée, se transformer en bandit et même tuer pour elle. Elle l’aime aussi mais à sa manière. Plutôt elle utilise ses armes de femme avec le reste d’hommes pour profiter d’eux. Elle cherche simplement sa liberté comme femme et ne veut pas  appartenir à aucun homme.
À l’intérieur de l’œuvre nous voyons des sujets aussi importants que l'infidélité et la jalousie. Carmen est infidèle à son mari (bien qu’il lui permette) en le trompant avec Don José et à son tour est infidèle avec Don José en le trompant avec les autres hommes. Il accepte pendant un temps ces situations mais finalement il tue Carmen par jalousie.
Dans le dernier chapitre, l'auteur récapitule le roman d'une forme bizarre, il utilise plutôt ses connaissances d'archéologie et de philologie que la trame du roman. Il fait une réflexion autour de l'origine, la langue et les coutumes gitanes, et met fin au roman sans prendre en considération la trame et le personnage principal.
Á mon avis, la nouvelle m'a plu, je crois qu'elle n'est pas le roman typique romantique mais l'histoire d'une femme qui va contre les traditions de la communauté gitane de l'époque et qui fait passer sa condition de femme avant l'amour et même elle perd la vie par la liberté de vivre à sa manière.
Le deuxième récit qu’intègre le livre c’est Les âmes du purgatoire
Don Juan est le fils du comte Charles de Buisson, son père l'élève dans le courage et sa mère l'incite dans la dévotion. Elle lui montre le tableau épouvantable "Les âmes du purgatoire" qui représente les tourments infligés aux pécheurs, tableau qui l'impressionne. Le titre du tableau donne titre à la nouvelle.
Don Juan connaît Don García, personnage qui l’initie à tous les vices. Don Juan oublie tous les principes de sa bonne éducation, il passe tout son temps à s’amuser et il devient séducteur.
Après avoir été avec de nombreuses femmes, Don Juan devient amoureux de  doña Teresa, et Don García, de Doña Fausta, sœur de doña Teresa. Un jour don García propose de changer ses maîtresses à Don Juan, il veut s’imposer à doña Fausta et il se voit obligé à tuer don Alonso de Ojeda le père des deux filles et il tue involontairement  Doña Fausta.
Don Juan et Don García s’enfuient et ils s’enrôlent dans l'armée. Au cours d'une bataille, son général meurt, Don García meurt aussi.
Don Juan revient au château, là il élabore une liste de toutes les femmes qu'il a séduites, mais il se rend compte qu’il y a un type de femme qu’il n’a pas séduit, une religieuse. Il va à un couvent, là il séduit une religieuse mais quand il veut échapper avec elle, il se trouve surpris avec son enterrement. Don Juan se repent de son comportement renonce à sa fortune et la dédie aux œuvres pieuses. Depuis il entre dans un convent où il soigne des malades. Don Juan passe ses dix dernières années dans le convent et finalement il meurt.

Cette œuvre a beaucoup de sujets, un des sujets principaux est le repentir parce que Don Juan avec son enterrement se repent et il se transforme en meilleure personne. Aussi nous trouvons des sujets comme la mort, la mort de don García, Doña Fausta et le père de celle-ci, et la désobéissance à ses parents parce que Don Juan se permet d'influencer  don Garcia et il oublie la bonne éducation montré par ses parents.
Finalement je crois que c’est œuvre est inspirée dans le mythe de Don Juan un personnage archétype, séducteur, brave qui ne respecte aucune loi. La figure du Don Juan, crée par Tirso de Molina dans « El burlador de Sevilla » et récrée par José Zorrilla au XIXè siècle dans son Don Juan Tenorio c'était l'un des apports les plus productifs de la littérature espagnole à la culture européenne. Le Don Juan, le moqueur, existait probablement dans la pensée de l'époque avant de se convertir en œuvre littéraire. Que ce mythe se soit conservé il découle d'une attitude catholique et de morale qui essaie de lui donner une valeur à l'intérieur de l'ordre établi et la pensée de la vie et du peuple. Don Juan représente la rupture absolue de toutes les normes et de règles préétablies.

Bibliographie: